France : Une chaine de magasin commercialise toujours des pizzas Fraich’Up de Buitoni objet du rappel produit

Des pizzas Buitoni, qui faisaient partie du lot rappelé par la marque, sont encore commercialisées dans certains magasins Franprix, rapporte RMC.

Publicité

Le rappel produit avait été rendu public le 18 mars, toutes les pizzas concernées par ce rappel massif devaient alors être retirées des rayons. Mais, alors que ces produits ne devraient plus être commercialisés depuis trois mois, des pizzas ont été repérées dans un magasin Franprix, non loin des Champs-Élysées.

« J’ai été alerté par des particuliers que ces pizzas étaient encore vendues dans ce magasin », déclare Richard Legrand, l’avocat de certaines victimes contaminées par des produits Buitoni. Pour seule explication, le gérant dit ne pas avoir assez de place « en bas » pour stocker ses produits. « Je n’ai pas assez de place en bas, c’est pour ça que je l’ai laissée là » se justifie le commerçant auprès de RMC, venue mener l’enquête. Il assure avoir « désactivé le code-barres » et a confié au Figaroavoir « retiré le reste des pizzas Fraich’Up des rayons ».

Après vérification, il ne s’agit pas du seul Franprix à commercialiser des produits Buitoni. « C’est inacceptable. Cela veut dire qu’il y a potentiellement de nouvelles victimes », déclare l’avocat en précisant que, si de nouvelles victimes venaient à se déclarer, ce serait la responsabilité du distributeur (Franprix) et non du fabricant (Buitoni) qui serait engagée.

« Les nouvelles victimes, avec une preuve d’achat, pourraient se retourner contre le distributeur. Mais Buitoni était également censé vérifier que ces produits ne soient plus vendus, en effectuant des contrôles », Me Legrand.

« Nous avons immédiatement déployé un dispositif ‘task force’ de vérification visuelle dans 100% des magasins afin de s’assurer que notre procédure de rappel produit a bien été appliquée, doublé d’un rappel écrit des obligations réglementaires », a déclaré l’enseigne « Franprix ». « Tous les magasins seront recontrôlés dans les 48 heures », assure l’enseigne et « dans les cas où des magasins seraient identifiés, la marchandise devra être détruite immédiatement et des sanctions seront prises à l’encontre des gérants ».

Publicité