Il se fait arrêter à 180Km/h sur le periph’ avec… un bras dans le plâtre.

Une chute, une maladresse, un accident de voiture et voilà qu’un conducteur se retrouve avec un bras plâtré. Si durant les premiers jours, le repos complet doit être observé, après quelque temps l’envie de conduire pourrait se faire sentir. Même si le Code de la route n’interdit pas de manière formelle la pratique de la conduite avec un plâtre, l’article R412-6 le déconseille implicitement, et les contrevenants pourront être sanctionnés par une contravention de 2ème classe.

Notre héros du jour a tenté le coup en conduisant avec une main platrée et en cumulant les infractions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *