Les femmes battues décident de s’afficher sur les réseaux pour batailler contre la violence conjugale

Le lundi 15 juillet sur Instagram, l’association Putain de Guerrières qui aide les femmes battues, a lancé un appel au secours pour faire bouger les choses. Notamment en ce qui concerne l’ex-conjoint d’Adleen Lee, incarcéré en 2017 pour violences aggravées. Ce dernier a bénéficié d’une remise de peine et sera relaxé deux mois plus tôt soit le dimanche 21 juillet.

“Si on fait ce post, c’est parce qu’on a peur pour elle et qu’on aimerait que les choses bougent’ explique Caroline Boisnoir, présidente de l’association. ‘On a beau alerter, avertir la justice, personne n’écoute. Il n’y a que les réseaux sociaux qui permettent d’alerter les ministères et la presse”.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

L’association Putain de Guerrières exige ce jour la protection en urgence d’une de ses guerrières. Guerrière qui a failli mourir et allonger la liste des femmes décédées en 2017. 60 jours d’ITT.. 3 ans de prison dont un avec sursis… pour violence aggravée sur conjoint, sachant qu’il l’avait laissé pour morte… Il a été incarcéré à Fleury Merogis pendant qu elle était en réanimation. Depuis elle fait face seule avec ses 3 enfants, elle se bat tous les jours contre les rouages de l’administration, du fait qu’ils ont été mariés. Adleen Lee est une mère merveilleuse et une femme tellement combative que malgré tout elle aide chaque jours à nos côtés un nombre importants de femmes victimes de violences conjugales. Et ce monstre a eu quelques jours de remise de peine il sort donc 2 mois plus tôt. Nous exigeons en plus du téléphone grand danger, sa protection ainsi que la mise en place du bracelet électronique. Que faut il faire pour que nos femmes soit protégées?? S’il lui arrive quoi que ce soit vous serez responsable et coupable d’avoir libéré un monstre. Dans un courrier adressé aux enfants il les a prévenu qu’il fallait profiter de maman avant sa sortie… Et malgré tout il est libérable dans quelques jours.. Faites le nécessaire et vite Nicole Belloubet, donnez lui ce bracelet électronique. Marlène Schiappa on attends le grenelle, où on agis plus rapidement? Emmanuel Macron donnez les ordres et les moyens nécessaires à nos policiers et gendarmes sous les ordres de Christophe Castaner. Nous, Clemence Xena fondatrice de l’association et Caroline Boisnoir présidente de l’association demandons qu’une solution soit trouvée dans les jours qui suivent… au plus vite. Protégez les! #protegezadleen #putaindeguerrieres

Une publication partagée par Putain de Guerrières (@putaindeguerrieres) le

Ce post n’est pas le seul et n’est pas un cas isolé. Depuis un moment, la toile est devenue le dernier recours pour certaines femmes, victimes de violences. Le 14 mai dernier, c’est Laura qui décidait de lancer un SOS sur Twitter :

 

Depuis janvier 2019, 77 femmes ont été tuées par leur conjoint. Pour endiguer ce fléau, “il faut un budget fourchette basse de 500 millions d’euros et un budget fourchette haute d’un milliard d’euros. Aujourd’hui, le budget alloué spécifiquement à la lutte contre les violences faites aux femmes est de 79 millions d’euros, c’est-à-dire huit fois moins” précise Maître Tomasini,  avocate qui a défendu les intérêts de Jacqueline Sauvage.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

APPEL À VICTIMES ! Aidez Heidi Duriez ! Partagez ! “Si j’écris ce message aujourd’hui, ce n’est pas simplement pour vous raconter mon histoire mais pour avoir le plus d’indices ou d’éléments possibles sur mon tortionnaire.Je suis à la recherche d’autres victimes qui ont subi les mêmes sévices que moi. En février, un de mes voisins, “Claude”, est entré ds mon appartement sans autorisation. Me saisissant par les cheveux avec violence, il m’a aussitôt menacé et malmenée. « Je vais m’amuser avec toi et après je vais te crever ». Pendant un temps indefini, il m’a frappé au visage, a menacé de me brûler avec le gaz et a hurlé plusieurs fois qu’il était un démon que j’étais sa propriété qu’il allait me violer avant et après ma mort et qu’il ne craignait personne. Puis s’est mis à m’étrangler. Alors que je n’arrivais plus à respirer, il a relâché son étreinte et m’a fait un massage cardiaque en m’expliquant qu’il voulait me faire souffrir avant d’en finir avec moi. Il m’a humilié, à tenté de me violer. Je dois la vie à un ami qui a essayé de me joindre je lui ai dis : « Viens me chercher, sauve-moi ! Quand la police est arrivée, cet homme est redevenu normal. Il a dit que j’étais alcoolisée et droguée son torse couvert de mon propre sang. Aujourd’hui je suis en maison de repos, mon appartement est sous scellé. J’ai peur de la suite. J’ai des pertes au niveau de la vue et de l’ouïe. Ma mâchoire est encore déplacée. Je suis terrorisée mais je refuse qu’il fasse d’autres victimes. Cet homme devrait être en prison. Il a un passif très lourd. J’invite toutes les femmes qui le reconnaissent à prendre contact avec moi. Aidez moi à mettre cet homme définitivement derrière les barreaux. Portons plainte massivement Merci” @sofia_sept7 @adelaide_jsev @adleenpdguerrieresidf @putaindeguerrieres @wolinskiki

Une publication partagée par Putain de Guerrières (@putaindeguerrieres) le

 

Evoqué depuis une décennie, le bracelet électronique anti-rapprochement n’a pas dépassé la phase de test. Testé une première fois en 2012, l’essai n’a pas été concluant par faute de cas. Alors les femmes investissent les réseaux sociaux pour se faire entendre par la grande majorité, pour que les choses bougent vraiment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *