Les gérants d’un Super U posent fièrement avec leurs trophées de chasse. Les réactions de la toile sont immédiates

De très nombreux internautes se sont émus de voir apparaître des photos de la famille Alboud, propriétaires du Super U de L’Arbresle, dans le Rhône, devant de nombreux animaux sauvages tués. Le couple, fier devant ses trophées de chasse, pose devant un hippopotame, un lion, un zèbre, un léopard ou encore un crocodile. La direction du groupe U a annoncé leur départ.

Les images ont permis de dénoncer la pratique de ce couple propriétaire de ce Super U dans le Rhône. Elles datent de 2015 et ont été prises à l’occasion d’un safari-chasse auquel Martine et Jacques Alboud ont participé sur le continent africain.

La polémique est vive comme l’indique 30 Millions d’Amis qui dénonce ce genre de pratique fréquemment. Comme le rappelle la Fondation, Luc Alphand, Pascal Olmeta mais aussi le roi d’Espagne ont été fortement critiqués pour avoir participé à ce type de chasse.

30 Millions d’Amis alerte :

« Le principe ? De riches étrangers viennent acheter à coups de plusieurs milliers de dollars le « plaisir » de tuer un animal, souvent drogué, en semi-liberté dans une ‘’réserve’’. Environ 8 000 lions ont d’ailleurs été élevés pour être abattus lors des dix dernières années en Afrique du Sud, pays où il existe quelques 160 fermes. Ils seraient 3000 à l’état sauvage. Le pays a connu une chute de 90% des populations de lions en un siècle. L’espèce pourrait disparaître d’ici 2050. »

Les internautes ont massivement partagé les photos, appelés pour certains au boycott de l’enseigne, etc. Le Groupe U Les Commerçants a alors réagi dans un premier temps, ne démentant pas les images et se désolidarisant sur un message sur les réseaux sociaux :

« La Coopérative U enseigne comprend que les éléments publiés récemment sur les réseaux sociaux aient pu heurter les internautes. Si ces images relèvent d’activités personnelles en dehors de la sphère professionnelle, la coopérative tient néanmoins à se désolidariser fermement de ces pratiques qui vont à l’encontre des valeurs que nous défendons et de nos engagements. »

Puis un peu plus tard un nouvau communiqué annonçait le départ des gérants :

« Il est apparu que des associés d’un magasin Super U avaient récemment participé, dans le cadre de leurs activités privées, à un safari de chasse. Choqués par cette pratique, nous annonçons que les associés en question quittent l’enseigne U avec effet immédiat. Des mesures d’accompagnement de leurs collaborateurs et de reprise de leur magasin sont mises en place. »

 

Les animaux ne sont pas là pour le divertissement et ce type de chasse met en danger l’équilibre environnemental local pour le simple profit de certains. Les organisateurs de ce genre de ‘safari-chasse’ mais aussi les gouvernements les autorisant sont les premiers à devoir être mis en cause.