Pakistan : Presque 900 enfants infectés par le virus du Sida à cause d’un pédiatre qui réutilisait les seringues

En avril dernier, une épidémie de VIH a été détectée au Pakistan, laissant plus de 900 enfants infectés et un total de 1 100 personnes ayant contracté le virus. L’auteur présumé de cette épidémie est un pédiatre qui réutilisait les seringues chez plusieurs patients.

Les villes de Ratodero et Larkana, situées dans la province du Sindh, sont confrontées à un grave problème depuis le début de cette année, lorsque d’innombrables cas de VIH ont commencé à être détectés parmi la population. La majorité des personnes touchées sont des enfants de moins de 12 ans, selon le magazine India Today.

Les autorités ont constaté que la plupart des enfants infectés avaient fréquenté le pédiatre Muzaffar Ghanghro, qui s’occupait des familles les plus pauvres de la ville de Ratodero et avait les frais de consultation les plus bas, selon le New York Times.

Un journaliste local, Gulbahar Shaikh, a commencé à rapporter la nouvelle lorsqu’il s’est rendu compte que ses voisins et les membres de sa famille se rendaient désespérément dans des cliniques pour se faire tester pour le virus. Réalisant qu’il avait consulté le même pédiatre, il est allé vérifier l’état de santé de sa famille. Malheureusement, sa fille de 2 ans a été testée positive.

Le Dr Ghanghro ne demandait que 18 centimes d’euros par visite. Les familles de cette localité ont généralement un salaire inférieur à 54 euros par mois, c’était donc l’une de leurs meilleures options, selon le même média.

Ainsi, Imtiaz Jalbani, un travailleur local qui se rendait chez le même médecin, a indiqué que ses trois enfants : Ali, 6 ans, Rida, 14 mois, et Sameena, 5 ans, avaient contracté le virus. Malheureusement, les deux plus jeunes sont morts. Dans son témoignage, M. Jalbani a déclaré que le Dr Ghaghro avait sorti une seringue de la poubelle devant lui pendant la consultation de son fils aîné. Bien qu’il ait interrogé le médecin, le professionnel lui a répondu que la famille n’avait pas les moyens de payer une seringue neuve, a rapporté Indian Today.

« Il a répondu : ‘Si vous ne voulez pas de mon traitement, allez voir un autre médecin’ », se souvient M. Jalbani. « Ma femme et moi devons connaître la faim pour pouvoir payer les médicaments », a-t-il ajouté.

Le pédiatre Muzaffar Ghanghro a été arrêté pour faute professionnelle médicale, homicide involontaire et dommages involontaires. La loi pakistanaise fait de la réutilisation des seringues un crime. Cependant, il a refusé d’être évalué par les autorités et a plaidé non coupable, selon le même média.

En outre, le magazine indien a rapporté que l’affaire n’avait pas été classée et qu’aucune peine n’avait été prononcée à l’encontre du médecin, qui travaille toujours dans un hôpital public de la banlieue de Ratodero.

Les responsables de la santé du pays font remarquer que le médecin jugé n’est pas le seul professionnel qui réutilise les seringues, ayant connaissance de nombreux autres cas de médecins qui le font fréquemment.

Les Nations unies ont signalé que l’information sur le sujet dans les communautés pauvres du Pakistan est très rare, ce qui a doublé le nombre de cas de VIH depuis 2010, atteignant 160 000. Selon son programme VIH et sida, 600 000 médecins non qualifiés travaillent illégalement dans le pays, dont 270 000 dans la province du Sindh, où se trouve Ratodero, selon Independent.

Bien que le gouvernement pakistanais ait réagi à l’épidémie et ait fermé certaines cliniques avec des médecins non enregistrés et des banques de sang illégales, certaines cliniques ont repris leurs activités à mesure que l’attention internationale a diminué, selon le même média.