Prendre le volant avec ces chaussures confortables peut vous coûter cher cet été !

Publicité

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, aucune loi n’interdit formellement de conduire avec des chaussures ouvertes (types tongs ou sandales…), pieds nus ou encore, en talons.

Cependant, une amende est prévue pour les automobilistes qui ont un comportement et une tenue à risque : “Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non-transparents sur les vitres” selon l’article R 412-6 du Code de la route.

On en déduit donc que prendre le volant vêtu de la sorte présente un danger imminent et n’assure pas une bonne gestion des pédales en permettant aux pieds de glisser facilement. Encore, ces mêmes nu-pieds pourraient se loger sous les pédales, empêchant le conducteur d’enfoncer complètement les freins et causer par la même un accident. Conduire avec des chaussures ouvertes peut donc influencer négativement notre conduite, et il semble logique que cela soit punissable par la loi.

Publicité

Quelles les sanctions encourues

Même si le port de chaussures ouvertes au volant n’est pas explicitement interdit par la loi, une sanction est tout de même prévue en cas de comportement dangereux comme cité précédemment. D’ailleurs, la contravention attendue pour ce genre d’attitude est de deuxième classe, ce qui signifie que le conducteur risque 35 € d’amende qui peut être minorée à 22 € ou majorée à 75 € selon les délais de paiement et les situations.

Cependant, il n’y a pas de risque de perte de points ou de permis même si les gendarmes peuvent immobiliser la voiture si son conducteur n’a pas d’alternatives moins dangereuses.

Publicité